« On peut toujours faire quelque chose de ce qu’on a fait de nous. »

Jean-Paul Sartre

Expérience professionnelle initiale


Ma vie professionnelle s’est essentiellement déroulée dans une grande entreprise du secteur de l’énergie.

Malgré les compétences et les diplômes acquis au fur et à mesure des années conformes aux critères de promotion interne, ma carrière professionnelle a peu progressé. En entreprise, nous sommes souvent confronté.es à la domination symbolique, puissant opérateur d’un certain ordre établi dans les représentations de tout un chacun.e. En dépit des désirs d’évolution et des moyens mis en œuvre pour y arriver, nous avons à subir ou à nous défendre de la permanence d’un rapport inégalitaire de classe tout autant que de genre, assigné.es à occuper une place et un métier avec peu de marges de manœuvre pour y déroger.
Le double discours managérial produit des effets délétères sur le travail et la santé.


Formation


Les enseignements du Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) m’ont permis de comprendre et de m’outiller face à la souffrance de nombre de mes collègues et ami.es dont les expériences sombres au travail tendaient à croitre en intensité et en nombre de manière exponentielle. Je me suis aussi intéressée aux éprouvés de celles et ceux qui vivent, subissent ou subvertissent les processus de domination, notamment de genre au travail dans le cadre d’une recherche-action en psychosociologie clinique.


De nombreuses positions théoriques ont fait écho à mon expérience personnelle, puis ont alimenté en retour ma pratique. Le rapport intime que chacun.e d’entre nous entretient avec son travail est un puissant opérateur de santé lorsqu’il n’est pas dégradé. Il se construit dans ce que nous mettons de nous-même pour arriver à travailler, dans ce qui structure nos relations avec les autres, il se nourrit de l’histoire du métier et de l’environnement dans lequel nous évoluons, de nos valeurs, de notre histoire personnelle, professionnelle et sociale. Le « travailler » auquel je fais référence rejoint la définition qu’en donne Henri Wallon, psychologue, médecin et homme politique français : « travailler c’est contribuer par des services particuliers à l’existence de tous ».

Reconversion



J’ai débuté ma pratique d’accompagnement il y a huit ans dans un cabinet de conseil en bilan de compétences. Mon activité consistait, à partir de la nature des demandes et des besoins des bénéficiaires, à porter une attention particulière à leurs expériences professionnelles. Sur la base de leurs récits de vie nous explorions ensemble leurs parcours individuels en termes de rapport au travail et d’apprentissages réalisés. L’objectif était de reconnaitre leurs appartenances, leurs valeurs et leurs engagements afin de travailler leurs projets de reconversion ou de repositionnement professionnel, dans une démarche de bienveillance, de non-jugement et de confidentialité.


Cabinet Meleia


Je suis maintenant à une période charnière de ma vie, ou j’ai à cœur de prendre soin de vous au travail, vous accompagner pour que vous puissiez redonner du sens à des activités dans lesquelles vous ne vous reconnaissez plus, penser la situation de travail qui vous interroge ou vous fait souffrir, l’analyser ensemble pour tenter de la dépasser.